Une mauvaise décision d’embauche peut coûter très cher

2 minutes à lire
Recrutement

Image
Parfois, il vaut mieux régler vos problèmes d’entreprise à la source...

Les gestionnaires canadiens passent l’équivalent d’une journée par semaine à corriger du travail médiocre. Comment éviter cette perte de temps ? En mettant en place des stratégies pour optimiser le processus d’embauche…

Un employé qui ne livre pas la marchandise au travail peut coûter très cher à une entreprise, selon une récente étude du cabinet de dotation en personnel Robert Half.

 

Les gestionnaires questionnés ont évalué qu’ils passaient environ huit heures par semaine à encadrer les employés les moins efficaces, ce qui représente plus de 20 % des heures de travail.

Les dirigeants qui ont pris part à l’étude se sont faits demander dans quelle mesure une mauvaise décision d’embauche pouvait nuire au moral de leur équipe. Une personne sondée sur cinq estime que cette situation affecte « grandement » le moral des troupes, tandis qu’ils sont près de 70 % à avoir dit que cela les affecte « quelque peu ».

« Une stratégie d'embauche élaborée est essentielle afin d'éviter qu'un membre d'équipe inadéquat ou incompatible ne détourne l'attention des priorités d'affaires et des ressources en personnel », croit Greg Scileppi, président, activités internationales de dotation en personnel pour Robert Half.

Selon lui, lors du processus d’embauche, il est important d’implanter un processus où la vérification des compétences techniques est aussi importante que l’affinité avec la culture d’entreprise. La firme propose d’ailleurs ses meilleures pratiques d’embauche.

 


  1. Utilisez une approche en plusieurs volets



En plus d’afficher vos postes sur des sites d’emploi, maximisez vos chances d’embaucher un bon employé en demandant des recommandations de vos employés, en tirant parti de votre réseau ou encore en travail

La suite est réservée aux employeurs.

Vous avez un compte ? Se connecter