6 mauvaises pratiques qui poussent les meilleurs ingénieurs à démissionner

3 minutes à lire
Gestion

Image

Les ingénieurs les plus talentueux peuvent rapidement changer d’emploi, alors vaut mieux faire les efforts nécessaires pour éviter qu’ils quittent…



Pour les gestionnaires dans les entreprises de génie, l'une des pires choses qui peut arriver est la perte d'un bon ingénieur au sein de son équipe. Et cette perte est d'autant plus tragique lorsque l'ingénieur en question démissionne sans avertir.



Pour éviter une telle catastrophe, voici une liste de 6 pratiques à éviter si l’on veut conserver ses ingénieurs heureux au travail :




Imposer trop de règles stupides


Les ingénieurs sont des professionnels avec beaucoup d’autonomie et d’initiative. Il est donc inutile et même nuisible de leur imposer une panoplie de règles qui encadrent leur vie professionnelle de façon excessive.



Une règle peut être considérée comme stupide ou ridicule lorsqu'elle n'est absolument pas nécessaire. Par exemple, il n'est pas nécessaire pour un patron de rappeler sans cesse à ses employés qu’ils doivent venir travailler. Ce qui compte vraiment, c'est que les ingénieurs produisent de bons résultats, et ils y arrivent mieux dans un environnement où on leur laisse plus de liberté.




Traiter tout le monde de la même manière


Traiter tout le monde de manière égale peut parfois être injuste. En effet, quand un ingénieur est plus performant que tous les autres et qu'il reçoit le même traitement (et le même salaire), il est tenté de rechercher un poste dans une autre entreprise où la valeur de son travail sera vraiment reconnue. Conserver un bon ingénieur demande donc de lui réserver un certain traitement, sans toutefois que cela paraisse trop injuste aux yeux de ses collègues.




Tolérer les mauvaises performances


Ce point fait suite au précédent. Effectivement, tout comme les meilleurs ingénieurs devraient être favorisés, les performances des plus médiocres devraient être réprimandées. Autrement, les plus performants auront l’impression que leurs efforts sont inutiles aux yeux d’un gestionnaire qui ne semble pas faire la différence entre le bon travail et le mau

La suite est réservée aux employeurs.

Vous avez un compte ? Se connecter